« Retour

Îlot de chaleur urbain : les températures à la loupe

Actualités Îlot de chaleur urbain : les températures à la loupe
Les températures, liées à l’activité en milieu urbain, sont suivies de près dans la métropole : c’est l’observation de l’îlot de chaleur urbain (ICU) dans une stratégie d’adaptation au changement climatique. Car la vague de chaleur du mois de juin 2017 a accentué le phénomène d'inconfort thermique du à l'îlot de chaleur urbain, selon une note de Météo France.

Qu'est ce qu'un îlot de chaleur urbain ?

Ce sont des élévations localisées des températures, particulièrement des températures maximales diurnes et nocturnes, enregistrées en milieu urbain par rapport aux zones rurales ou forestières voisines.

L'épisode caniculaire de juin 2017

Météo France a réalisé une note d'interprétation sur la vague de chaleur du mois de juin et en particulier sur l'épisode caniculaire du 19 au 22 juin avec les températures relevées à la station Météo-France de l'aéroport de Blagnac.
Au cours de cet épisode, les températures maximales, toujours supérieures à 33°C, ont atteint 38,3°C le 22 tandis que les minimales toujours supérieures à 21°C, ont atteint un record pour un mois de juin avec 22,1°C le 19 juin.
Seulement 3 vagues avaient été observées  depuis 1947.  Grâce à des relevés simultanés à Brax et à Toulouse centre, on peut observer l'effet de l'îlot de chaleur urbain.

Télécharger la note de Météo France "Effet de l'îlot de chaleur urbain sur Toulouse Métropole pendant la vague de chaleur du 17 au 23 juin 2017" (format .pdf)

L'îlot de chaleur urbain (ICU) à la loupe par Toulouse Métropole

Depuis 2016, Toulouse Métropole met en place un réseau de monitoring de l'îlot de chaleur urbain (ICU) composé à terme de 20 stations de mesure sur l'agglomération.
En juin 2017, 9 stations sont en fonctionnement. Ce réseau permet de compléter l'analyse de Météo France sur tout le territoire et de caractériser l'îlot de chaleur urbain.

Toujours au mois de juin, des écarts entre les deux stations Valade et Brax ont été constatés. L'écart entre les deux stations atteint en moyenne sur la période +1,1°C mais cette différence dépasse souvent +2°C à +3°C la nuit entre 21h le soir et 7h le lendemain, avec un record de +4,5°C le 22 juin à 22h15 (jour du pic de canicule).

Un chantier Smart City pour l'adaptation au changement climatique

Le chantier « Observatoire urbain et environnemental » mené dans le cadre de la Smart City – Open Métropole qui compte construire la ville de demain, a pour objectif de connaître le territoire sous toutes les coutures en utilisant les données des observations spatiales, aériennes, terrestres et les technologies innovantes, de développer de nouveaux services et d'informer les citoyens.
La première brique de l'observatoire est le projet de monitoring d'îlots de chaleurs urbains et l'ébauche d'un service climatique métropolitain.

=> Smart City 2015-2020 – Toulouse Open Métropole

Un enjeu de santé publique

L'augmentation des températures et de la fréquence des épisodes de fortes chaleurs et de canicules aura pour conséquence de diminuer le « confort d'été » de la population et peut constituer un véritable « risque sanitaire » pour les populations les plus sensibles aux fortes chaleurs, en particulier les personnes âgées.

Anticiper et s'adapter à l'impact du changement  climatique est au cœur de l'action de Toulouse Métropole pour une ville de demain respirable.

Objectif : une ville de demain respirable

Le monitoring des îlots de chaleur urbain permet de caractériser au mieux l'impact des événements climatiques comme les vagues de chaleur, d'anticiper la construction d'une ville adaptée (zones ventilées, matériaux, exposition, isolation…) et de prévoir des zones de fraîcheur pour ses habitants (zones végétales, choix des espèces résistances…).

Voilà pourquoi la dynamique d'adaptation au changement climatique est au cœur du Plan local d'urbanisme intercommunal  - Habitat (PLUi–H) en cours d'élaboration. Il a pour objectif de définir un projet urbain pour Toulouse Métropole et d'établir de façon équilibrée les règles de développement de l'urbanisme et de l'habitat pour les 37 communes membres.

Le Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) inscrit la croissance urbaine de la métropole dans une logique de développement durable en infléchissant les modèles de développement pour faire face à la raréfaction des ressources et prend en compte l'environnement pour ce qu'il apporte au bien commun :

  • conforter les continuités vertes et bleues ;
  • réduire l'impact du changement climatique et s'adapter à ses effets (en diminuant notamment les effets des Îlots de Chaleur Urbains (ICU) dans les zones urbanisées, en renforçant la place de la nature en ville et grâce à des formes urbaines et choix d'urbanisme adaptés  et en valorisant les canaux et berges).
     

Partager la page