Tribunes politiques - Automne 2015
134 élus métropolitains, 7 groupes politiques : les élus s'expriment sur cette page au travers de leur groupe.

Place d'expression des groupes politiques du conseil métropolitain, conformément au règlement intérieur de Toulouse Métropole et en vertu de la loi « Démocratie et proximité » N° 2002-276 du 27 février 2002 (articles L 2121- 27-1 et L 5211 du code général des collectivités territoriales). Les textes publiés n'engagent que leurs auteurs.

Groupe Métropole d'Avenir

Dans le cadre du plan pluriannuel d'investissements voté au mois de juin par une très large majorité nous
poursuivons notre action dans le souci constant de doter notre territoire des services et équipements ambitieux nécessaires à son développement.

Transports et déplacements : le temps des réalisations

Face à l'essor économique et démographique de notre Métropole les transports et déplacements sont pour nous une priorité.

  • Le BUN, un exemple concret.Inaugurée il y a peu par le Président Jean-Luc Moudenc, la première tranche du BUN illustre notre volonté de désenclaver le Nord Toulousain. Un chantier d'intérêt général trop longtemps laissé à l'état de projet qui détermine l'avenir et les perspectives de développement de ce secteur.
  • La 3e ligne de métro : le tracé pour la fin de l'année. Une ligne qui révolutionnera les déplacements sur la Métropole, au-delà des frontières de Toulouse : relier les grands pôles économiques, répondre aux attentes des usagers et renforcer notre attractivité économique pour les entreprises présentes et les candidates à l'installation. Objectif : mise en service en 2024.
  • Le TGV, un équipement indispensable pour notre Métropole. Notre détermination sur ce dossier est entière et nous attendons du gouvernement : un calendrier et des engagements financiers. Notre grande Métropole doit se rapprocher de Paris, Bordeaux et Barcelone, il en va de son rayonnement et de son avenir.
  • 100 millions par an, pour financer les transports. Avec le maintien de notre contribution annuelle au SMTC TISSEO, le financement de 10 nouvelles lignes de super bus est permis. Confort et performance de nos transports en commun pour un meilleur service aux usagers.
  • 540 millions d'investissements, un budget ambitieux pour la voirie. Fluidifier la circulation, sécuriser et organiser le maillage de nos routes est une nécessité. Depuis 18 mois nous y travaillons avec le double objectif de rattraper le retard accumulé ces dernières années et d'anticiper les besoins de demain. Là encore, nous le disons et nous le faisons !

Dans un contexte difficile
Ces réalisations, nous les poursuivons malgré la baisse - sans précédent - des dotations de l'État dont 89 % des élus de la France urbaine la citent comme étant l'un des principaux obstacles qu'ils rencontrent. Rappelons que sur le territoire métropolitain, cette baisse équivaut à 40 % dumontant des investissements prévus par Toulouse Métropole pour les 5 ans à venir ! Une ponction financière jamais atteinte, dénoncée par les élus locaux de tout bord. Une coupe franche qui met en péril la qualité de nos services mais aussi qui fragilise notre économie locale. À Toulouse Métropole nous faisons le choix d'un haut niveau d'investissements au bénéfice de notre économie locale et donc de l'emploi avec 3/4 de nos achats faits en local.

Et dans l'incertitude
De réformes en projets, d'annonce en contre annonce, le gouvernement ne nous permet aucune visibilité. Tout récemment on nous annonce une réforme de la dotation globale de fonctionnement, défavorable aux métropoles avec une ponction supplémentaire de 20 millions d'euros par an pour Toulouse Métropole. Un projet finalement repoussé, en particulier grâce à l'action des associations d'élus, dont celle présidée par Jean-Luc Moudenc. Simple sursis ? Nous sommes dans l'absence totale de concertation et de visibilité ce qui nous fait craindre une nouvelle coupe franche. Nous demandons instamment au gouvernement de réunir les associations d'élus concernées.

La France Urbaine s'unit autour du Président Jean-Luc Moudenc
C'est dans ce contexte financier flou et contraint, alors que nos centres urbains sont en proie à des difficultés en termes d'emploi, de logement, de transport ou encore de précarité, que nous saluons la fusion des associations d'élus du monde urbain. Derrière Jean-Luc Moudenc, élu à l'unanimité Président de France Urbaine - cette nouvelle association regroupe 99 collectivités, soit 30 millions de Français -, notre voix sera plus forte. Sans esprit partisan, dans le dialogue et la concertation, nous relèverons ensemble les défis de notre Métropole d'Avenir.

Sacha Briand // Président du groupe Métropole d'Avenir //
courriel // Tél : 05 61 22 28 78 - Fax : 05 61 22 20 78

site du groupe Métropole d'Avenir
 

Groupe des Socialistes de Toulouse Métropole

Le 6 juin dernier, le Président de la Métropole, Jean-Luc Moudenc, faisait voter, contre l'avis des élus socialistes, une hausse des taux d'imposition intercommunaux de plus de 15 % sur deux ans.

Quelques semaines plus tard, cette décision prise de façon unilatérale, impacte directement le budget de
nos habitants, fragilisant ainsi davantage les personnes les plus démunies et diminuant significativement
le pouvoir d'achat de l'ensemble des ménages.

Lors du vote des taux d'imposition, nous avions jugé cette décision grave et excessive. Grave, car cette augmentation ne tient aucun compte de la situation financière actuelle des ménages. Excessive, car cette hausse va très largement au delà du besoin financier annuel que nous avions collectivement accepté. Une augmentation modérée de la fiscalité pouvait à nos yeux être envisagée au regard d'un programme
clairement identifié, mais en aucun cas une augmentation massive sans qu'aucun choix d'investissement ne soit clairement arrêté.

Les arguments que nous avions avancés lors du débat sur le vote des taux d'imposition prennent aujourd'hui un sens nouveau. Cette hausse était justifiée, selon Jean-Luc Moudenc, par une volonté de réaliser 240 millions d'euros d'investissement en 2015.

Le Débat d'Orientations Budgétaires pour 2016 qui s'est déroulé le 10 novembre dernier a montré que le
montant d'investissement réalisé en 2015 n'était que de 185 millions d'euros en lieu et place des 240 millions d'euros annoncés. Il est ainsi prouvé que l'augmentation brutale subie par les habitants de la Métropole ne se justifiait en rien.

Les élus socialistes continueront de s'opposer aux hausses massives et brutales de la fiscalité des ménages et des entreprises. Dans le contexte que nous connaissons, notre devoir est de rechercher le nécessaire équilibre entre ambition du projet métropolitain, efficacité de l'action publique et appel raisonnable à la fiscalité, tant des ménages que des entreprises.

Claude Raynal // Président du groupe
Contact courriel

Groupe des Indépendants

Dans le cadre de la loi MAPTAM (Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'Affirmation des Métropoles), les Métropoles doivent prendre en gestion des équipements sportifs et culturels. La Commission Locale d'Évaluation des Transferts de Charges (CLETC) en a retenu 14 en parfait état de fonctionnement : le Théâtre et l'Orchestre National du Capitole, le Théâtre National de Toulouse, la Cité de l'Espace, le Muséum d'Histoire Naturelle, le Zénith, le Stadium, le Palais des Sports, le Quai des Savoirs, la Piste des Géants... Les charges et participations financières sont transférées au même budget. Les emplois sont maintenus et suivent leurs affectations. Une Commission Administrative Paritaire officialisera en décembre ces transferts.

Raymond-Roger Stramare
Groupe des Élus Indépendants

Groupe Radical Démocrate, Social et Européen

La hausse des taux des impôts de la Métropole de 7,5 % doit permettre de poursuivre une politique d'investissement ambitieuse. Dans un contexte de tension financière, l'effort demandé aux contribuables
n'a de sens que s'il permet à notre territoire de se positionner au niveau des grandes métropoles françaises et européennes. Les grands projets structurants de notre métropole connaissent aujourd'hui des retards importants. Or, c'est par l'investissement que nous créerons des richesses et de l'emploi. Le report des opérations inscrites dans la programmation pluriannuelle des investissements traduirait un abandon de nos ambitions pour notre territoire. Les Élus du groupe RDSE s'y refusent.

Groupe des Écologistes

Climat : nos propositions pour Toulouse et la Métropole ! La COP21 de Paris s'annonce cruciale pour aboutir enfin à un accord international ambitieux. Mais les territoires peuvent et doivent d'ores-et-déjà amplifier leur action. Cliquez ici pour découvrir nos propositions pour notre agglomération.

Contact courriel

Groupe Métropole Citoyenne

Les membres de notre groupe ont pour ambition de porter la voix des électeurs qui se reconnaissent dans les élus de la société civile. Nous apportons une vue complémentaire en mettant le citoyen au centre de la vie politique Métropolitaine.

Contact courriel

Groupe des Communistes, Républicains et Citoyens

En 2 ans la droite aggrave les bouchons !
Pollution, accidents, temps perdu et la 3e ligne de métro est loin : quid du financement ? Encore 20 ans de bouchons ? Le tram doit être prolongé vers Matabiau, un axe BHNS ouvert dans l'ouest toulousain. M. Moudenc ne peut augmenter les impôts et aggraver les bouchons : les solutions existent, mettons-les en œuvre.

Pierre Lacaze // Président du groupe des élu-e-s communistes et républicains.

Partager la page