« Back

Michel Attal, une vie de recherche

Michel Attal, une vie de recherche
Mondialement reconnu pour ses travaux sur le myélome multiple (cancer de la moelle osseuse), Michel Attal est à la tête de l'Institut universitaire du cancer Toulouse-Oncopole. Désigné « Toulousain de l'année » en 2016, l'homme est toujours mû par une ferveur sans faille. Portrait paru dans l'ouvrage "Toulouse Métropole des réussites" (Éditions Privat).

Photo : Laurent Mazoyer/IUCT-O

L'année 2016 aura été particulièrement gratifiante pour Michel Attal. Ce médecin, mondialement connu pour ses travaux de recherche sur le myélome multiple (un cancer de la moelle osseuse) et déjà lauréat, en 2015, du prix Waldenström, a en effet successivement reçu un trophée prestigieux remis par ses pairs – le prix Léopold Griffuel-Fondation ARC pour la recherche contre le cancer – et été désigné par les lecteurs de La
Dépêche du Midi comme le « Toulousain de l'année ». Pour l'ARC, il est « le clinicien qui a le plus fait avancer la thérapeutique du myélome ces
dernières années, permettant de faire du myélome une maladie chronique avec des espoirs de guérison ». Mais pour les Toulousains, il est avant tout le directeur général de l'IUCT-Oncopole, l'Institut universitaire du cancer de Toulouse. Une Ville rose qu'il connaît bien, puisque cet Ariégeois de naissance a fait ses études au sein de la faculté de médecine de Toulouse.

« L'Oncopole est en train de franchir un cap »

D'abord spécialisé dans l'hématologie, il a travaillé sur la greffe des cellules souches avant de se tourner vers la recherche contre le myélome. En 2012, il devient directeur général de l'Institut Claudius-Regaud, avant de prendre la tête, trois ans plus tard, de l'IUCT-Oncopole. Un parcours sans faute pour celui qui, pourtant, se destinait « à tout sauf à la médecine », comme il le confiait fin 2016 à La Dépêche du Midi. Mais ce choix, sourit-il, il ne l'a « jamais regretté ». Et ses succès parlent pour lui. Pourtant, l'homme entend rester modeste : « Des infirmières de l'Oncopole me demandent parfois qui je suis quand je les croise... » Son credo ? « Il faut se persuader au fond de soi que tout le personnel n'a qu'une seule idée : faire mieux. Que le projet collectif l'emporte. Le jour où je perdrai cela, ma mission s'arrêtera. »

Share this page