Article Content

Les industries culturelles et créatives

Objectif : élaborer une feuille de route métropolitaine en faveur des industries créatives et culturelles.

 
Les industries culturelles et créatives (ICC) sont une industrie en croissance. En 2013, elles représentaient en France plus de 80 milliards d'euros de revenus et 1,3 million d'emplois. La dynamique économique nationale autour des ICC se reflète également sur le territoire de la métropole qui comptait en 2016 11 460 emplois salariés et 9 500 indépendants.
 
Le projet a fait le choix de se concentrer sur le cinéma d'animation. En effet, étant donné sa dynamique, le secteur du cinéma d'animation constitue un élément de spécialisation et de différenciation de l'écosystème créatif toulousain.
 
L'animation, un marché en plein boom, un atout économique pour Toulouse
 
Le marché du cinéma d'animation, rattaché plus largement à la télévision et au cinéma, se porte bien et s'exporte particulièrement. Cela se constate à la fois par les ventes de films d'animation français à l'international mais également par la part importante des  financements étrangers de projets d'animation en France (préventes et coproductions).
La densification de la production d'animations en France est également le résultat de la politique du Centre National du Cinéma et de l'image animée (CNC) qui a renforcé le crédit d'impôt en faveur de l'animation.
Au niveau toulousain, les professionnels sont en phase de croissance également. En juillet 2017, le secteur du cinéma d'animation rassemble 69 établissements et 350 emplois, selon les derniers travaux de l'Agence d'Urbanisme et d'Aménagement de Toulouse réalisés dans le cadre du projet.
Où en est-on ?

Forte de ce constat, Toulouse Métropole, en partenariat avec TAT Productions, a mobilisé les professionnels de l'animation à l'été et à l'automne 2017 au sein d'ateliers pour travailler sur une feuille de route qui corresponde aux attentes des entreprises de cette industrie.
 
À l'issue de plusieurs groupes de travail, les professionnels ont fait émerger quatre grands champs d'action :
 
> Le développement des projets, en amont de la production.
 
> L'immobilier dédié à des entreprises aux besoins très particuliers et mouvant selon les pics d'activité et le cycle de vie des projets.
 
> La formation et le recrutement d'une main-d'œuvre qualifiée, à ancrer sur le territoire.
 
> L'accès à l'international, échelle à laquelle les professionnels doivent se
projeter pour se développer à la hauteur de leur potentiel.
 
De ces quatre thématiques sont en train d'émerger des actions concrètes que la Métropole examinera dans les semaines à venir.

Share this page