Déchets Propreté : ce que vous en pensez
Du 21 avril au 3 mai 2016, l’Institut de sondage BVA a mené une enquête téléphonique auprès de 2016 habitants de tout le territoire de Toulouse Métropole.
Ont-ils le sentiment que leur quartier est propre ? Quelles nuisances les importunent le plus ? Sont-ils satisfaits des services de nettoiement de la collectivité ?

Premier constat, les retours des habitants sont plutôt positifs : les trois quarts d'entre eux jugent leur quartier propre. Lorsqu'on leur demande d'évaluer l'état de leur
rue, la note moyenne est de 6,74 sur 10. En revanche, les interviewés sont plus critiques sur la propreté du centre-ville de Toulouse : 37 % le trouvent sale.

Déjections, bouteilles, urine … très gênants

Ce qui indispose le plus ? Les déjections animales, les bouteilles et les canettes abandonnées, les traces et les odeurs d'urine et de vomi. La quasi totalité des sondés déclarent ces éléments gênants, voire très dérangeants pour plus de 70 % d'entre eux. Autres motifs d'insatisfaction ? Les déchets volumineux déposés sur les trottoirs, les papiers, journaux et emballages abandonnés, les mégots et chewing-gum jetés par terre, le mobilier urbain dégradé. En revanche, la présence de feuilles mortes, d'herbes hautes et de mousses ne dérange que peu de sondés.

Le futur Zéro Phyto bien accueilli

D'ailleurs, lorsqu'ils apprennent que les collectivités locales auront l'interdiction d'utiliser des pesticides pour désherber les rues et les jardins publics à partir de 2017,  le Zéro Phyto, 85 % des habitants se prononcent en faveur de cette mesure qu'ils estiment moins polluante.

Le manque de propreté vient ... des usagers

De manière générale, les services de nettoiement sont plutôt bien perçus. Près de deux tiers des interviewés les jugent compétents, notamment en ce qui concerne le nettoyage en fin de marché et le ramassage des feuilles
mortes (notes supérieures à 7 sur 10). Les sondés les trouvent moins efficaces en matière de ramassage des déjections animales, des papiers, mégots, emballages et
autres déchets abandonnés sur l'espace public. Si les interviewés s'estiment satisfaits du service mené par la collectivité, ils se montrent en revanche beaucoup plus critiques à l'égard des habitants. En effet, 94 % des sondés pensent que le manque de propreté vient du comportement des gens.

Share this page