Assainissement de l'eau
Toulouse Métropole a pour mission d'assurer la collecte et le traitement des eaux usées, de gérer les eaux pluviales et de les restituer en milieu naturel en le préservant de toute dégradation.

La collecte et le traitement des eaux usées

Toulouse Métropole compte 2 157 km de réseaux. Ces réseaux sont exploités en régie directe ou externalisée par le recours à des prestataires ou des délégataires de service public.
Dix stations d'épuration assurent le traitement des eaux usées dont la station d'épuration de Ginestous-Garonne . Si la station d'épuration de Ginestous concentre près de 88% des flux de pollution organique du territoire  avec rejet en Garonne, les 12% restants sont collectés par 9 autres stations de petites à moyennes importance, comme celle de l'Aussonnelle à Seilh ou celle de Castelginest, dont la plupart ont pour exutoire de plus petits cours d'eau tel l'Aussonnelle ou l'Hers Mort.
Il faut noter, par ailleurs, que les effluents des communes de Cugnaux et Villeneuve-Tolosane sont traités par la station d'épuration de la Saudrune et ceux de Pin-Balma par l'usine de traitement de Saint-Jean. Ces deux sites de traitement se situent hors du territoire de la métropole.

La collecte des eaux pluviales

Toulouse Métropole gère 1 500 km de réseaux enterrés, 850 km de fossés et une cinquantaine de bassins de rétention. Une bonne gestion des eaux de ruissellement s'impose pour éviter de saturer les réseaux et provoquer des inondations lors de violents orages. La gestion des inondations passe par une maîtrise de l'imperméabilisation des sols.
L'action est menée par Toulouse Métropole au moment de l'instruction des permis de construire. Le suivi de ces opérations se traduit par un contrôle sur le terrain qui se conclut par une déclaration de conformité.
Les collectifs d'habitation ainsi que les opérations générant des surfaces imperméabilisées importantes (bâtiments industriels, parkings...) font l'objet d'une attention particulière.
Deux types de techniques peuvent être mis en place : les techniques d'infiltration (puits d'infiltration, tranchée, bassin) et les techniques de rétention (bassin étanche, surdimensionnement de réseau, structure réservoir, stockage sur terrasse)

L'assainissement  non collectif

On entend par assainissement non collectif, tout dispositif permettant l'assainissement des constructions non raccordées à un réseau d'eaux usées (appelé à tort  "tout à l'égout").
Toulouse Métropole assure, par l'intermédiaire de son Service Public d'Assainissement Non Collectif (SPANC), des missions de contrôle de conception et de conformité, de réalisation et de fonctionnement sur les 3 200 installations de son territoire.

Partager la page