Déchets Le réseau de chaleur urbain
Le principe ? Brûler les déchets et utiliser l’énergie générée pour alimenter des bâtiments publics et logements collectifs. Après Bellefontaine, Bagatelle, la Cartoucherie, le réseau de chaleur urbain va s’étendre à la zone Plaine Campus en 2017.

Un réseau de chaleur est un ensemble d'installations qui produisent et distribuent de la chaleur, à partir d'une énergie renouvelable, à plusieurs bâtiments pour le chauffage et/ou l'eau chaude sanitaire.
Le principe est simple : brûler les déchets  et transporter la chaleur émise vers des bâtiments via un réseau de canalisation.
Il offre une alternative  aux énergies traditionnelles (électricité et gaz) et des prix compétitifs pour l'usager (son prix de vente est de 30% moins cher que la moyenne des réseaux en France). 

Le réseau aujourd'hui : 10 000 habitants concernés

Le réseau de chaleur  urbain du Mirail concerne aujourd'hui près de 10 000 habitants des quartiers Bellefontaine, Reynerie, Cartoucherie et Bagatelle et Cartoucherie.
Le réseau est alimenté à 99.9% par une énergie renouvelable (EnRR) ou de récupération issue de l'incinération des ordures ménagères.
Deux extensions ont été faites, en 2015 pour les besoins de chaud et de froid tertiaire sur l'écoquartier de la Cartoucherie et en 2016 vers le quartier de Bagatelle.
L'usine d'incinération du Mirail brûle en moyenne 270 000 tonnes d'ordures par an qui fournissent plus de 500 GWh/an. Il permet d'éviter chaque année l'émission dans l'atmosphère de plus de 35 000 tonnes de CO2 en comparaison d'une chaufferie gaz.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le réseau demain : un potentiel de 15 000 logements

Toulouse Métropole compte étendre ce réseau en installant 36 kilomètres de tubes supplémentaires. L'objectif est de connecter l'usine d'incinération d'ordures ménagères du Mirail à la zone Plaine Campus (le quartier Empalot, les zones d'aménagement concerté Saint-Exupéry, Malepère, et Toulouse Aerospace).
 Les nouveaux bâtiments réalisés sur ces secteurs en plein développement urbain se connecteront dès leur construction aux canalisations. Les équipements existants pourront aussi se brancher sur le réseau, notamment ceux situés sur le parcours des canalisations du Mirail à Plaine Campus. Cette réalisation permettra de chauffer l'équivalent de 15 000 logements.
Le taux d'énergies renouvelables et de récupérations (EnRR) du réseau de Plaine Campus atteindra 70 % :
les 30 % restants seront fournis par du gaz.  Les usagers bénéficieront d'un prix d'achat particulièrement
attractif : 66 euros TTC le MWh. Le gain profitera surtout à la planète avec une économie annuelle de 19 000 tonnes de dioxydes de carbone.

Le réseau de chaleur du Mirail à Plaine Campus,50 ans d'évolution

1967 : L'usine d'incinération du Mirail alimente Bellefontaine et la Reynerie en chauffage et eau chaude.
2006 : Le Cancéropole se connecte au réseau.
2014 : Extension vers Seysse et Bordelongue.
2015  : Extension vers la Cartoucherie.
2016 : Extension vers Bagatelle.
2017 :Création du réseau Plaine Campus.

Partager la page