Affichage de contenus web

 
Tribunes politiques

 

« Retour

Groupe Métropole d’Avenir

Groupe Métropole d’Avenir
Tribune parue dans le magazine TIM#9 - été 2019

Le PARM, un plan «Marshall» pour nos routes

 

Deux années de concertation, 120 personnes (élus et agents de la collectivité) mobilisées et un résultat hors-norme: 305 projets retenus représentant 3'300 km de routes nouvelles ou aménagées et 480 ouvrages d'art pour un investissement total estimé à 1,9 milliard d'euros sur les 20 prochaines années!

Sous l'impulsion de Jean-Luc Moudenc, Président de Toulouse Métropole, et de notre groupe majoritaire, le conseil de Toulouse Métropole du 14 février dernier a adopté à une large majorité (83 voix pour, 37 abstentions) le Plan d'Aménagement des Routes Métropolitaines (PARM). Une nouvelle illustration de notre volonté de faire des déplacements du quotidien une de nos grandes priorités.

Confrontés au défi sans précédent du développement démographique et économique de l'agglomération toulousaine, nous, élus du Groupe Métropole d'Avenir, avons depuis 2014 décidé d'agir sur l'ensemble des politiques structurantes avec comme objectif, la préservation de la qualité de vie des métropolitains. Dans cette optique ont été adoptés le projet Mobilités 2020-2025-2030 (près de 4 milliards d'euros) comprenant notamment la création de la 3e ligne de métro, le développement des lignes de bus Linéos ou encore le téléphérique urbain, ainsi que le plan local d'urbanisme intercommunal -habitat (PLUi-H) marqué par une densification modérée.

Le PARM quant à lui, intègre 15 projets aux quatre coins de la Métropole qui ont d'ores et déjà été qualifiés de prioritaires:

  • le Boulevard Urbain Nord (BUN),
  • la Jonction Est,
  • la liaison entre l'A621 et l'A62,
  • le nouveau pont sur la Garonne accompagné d'une voie nouvelle entre la RD2 et l'A62,
  • le Boulevard Urbain du Canal Saint-Martory (BUCSM) entre la rocade Arc-en-Ciel (RD980) et l'A64, son prolongement vers l'Ouest et la construction d'un nouvel échangeur autoroutier sur l'A64,
  • l'aménagement complet de la RD820 (nord de la Métropole), de la RD112 dans sa section L'Union-Balma, du boulevard Eisenhower,
  • la réalisation de la liaison entre la RD1 et la RN224,
  • la déviation de Saint-Orens entre la RD2 et la RD16,
  • la réalisation de la LMSE entre la route de Revel et celle de Castres,
  • la mise en sécurité de l'échangeur de Sesquières,
  • la construction d'un ouvrage d'art permettant la liaison entre l'avenue Allende et le chemin de Fenouillet et d'une liaison modes doux, dans le cadre de la LMSE entre TAE et Airbus, sous la rocade et sur l'Hers, etc.

Ce plan de grande ampleur constitue pour nous l'une des meilleures réponses à l'urgence de la situation. Force est, hélas, de constater que l'aménagement du réseau routier n'a pas été par le passé suffisamment synchronisé avec le rythme de développement de nos territoires. Modernisé, ce réseau revu et corrigé permettra d'offrir des conditions de déplacements améliorées à chaque métropolitain.

Toulouse métropole + verte

Durant trois jours, du 5 au 7 avril, associations, entreprises et habitants se sont succédés au Forum Toulouse + Verte afin de redécouvrir la richesse de leur patrimoine naturel, et d'exprimer leurs propositions. À cette occasion Jean-Luc Moudenc a salué la qualité des débats, parfois vifs mais toujours constructifs: «Le Forum se veut un point d'étape … La démarche pour plus de nature en ville doit se poursuivre, et rassembler largement».

Le Maire de Toulouse a d'ores-et-déjà annoncé plusieurs intentions avec entre autres un objectif de 100'000 arbres plantés d'ici 2030, sur le territoire de la ville-centre, afin d'œuvrer pour la qualité de l'air, la réduction des îlots de chaleur et la biodiversité. Des travaux partenariaux avec Météo France et avec la Banque des Territoires visent ainsi à mieux identifier ces îlots de chaleur urbains et ainsi concentrer les efforts de végétalisation sur ces zones. L'opération des «Fleurs sur mon Mur» deviendra à son tour un véritable «permis de végétaliser» alors que le développement d'une version spécifique de l'application WWF WAG permettra aux Toulousains de relever des défis écologiques spécifiques à leur territoire.

Cette volonté d'un développement plus harmonieux et plus responsable s'exprime également au sein des décisions métropolitaines pour une Métropole + Verte. L'adhésion de Toulouse Métropole à la Convention des Maires pour le Climat et l'Énergie signée le 11 avril 2019 permet ainsi à notre groupe d'ancrer dans le concret son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur le territoire d'au moins 40% d'ici 2030 et à renforcer sa résilience en s'adaptant aux incidences du changement climatique. L'adoption du PLUi-H qui intègre des progrès décisifs pour la protection des espaces verts ou encore l'avis favorable de la Métropole sur l'évaluation environnementale des projets de la 3e ligne de métro et de connexion de la ligne B, sont des axes qui sculptent les contours d'un développement durable et responsable de la Métropole sur les 10 prochaines années.

 

Partager la page