Affichage de contenus web

 
Tribunes politiques

 

« Retour

Groupe socialiste de Toulouse Métropole

Groupe socialiste de Toulouse Métropole
Tribune parue dans le magazine TIM#3 - hiver 2017

État/Métropole, être exigeants pour construire un nouveau pacte de confiance

 
Depuis son élection, le Président de la République, Emmanuel Macron, a soufflé le chaud et le froid dans son rapport aux collectivités territoriales. En effet, celui-ci a longtemps vanté les vertus de la confiance avant de revenir sur cette méthode en annonçant de façon unilatérale de nombreuses mesures remettant en cause l'esprit de responsabilité dans la conduite des politiques publiques et l'autonomie financière des collectivités.
 
L'ensemble des Métropoles, dont la nôtre, vont être impactées par certaines d'entre elles.
 
D'une part, la baisse drastique des contrats aidés, qualifiés d'inefficaces ou de subventions déguisées, va déstabiliser durablement les services publics de proximité et le monde associatif.
D'autre part, l'annulation de crédits pour la politique de la ville va impacter toutes les actions relatives aux contrats de ville. Cette baisse risque d'être désastreuse pour les associations qui garantissent la cohésion sociale, pour les bénéficiaires de leurs actions, et plus globalement pour les habitants de ces quartiers.
 
Enfin, la stratégie logement du gouvernement va porter un coup brutal au logement social et aux politiques de l'habitat. Les mesures annoncées par le gouvernement dans ce domaine remettent en cause l'équilibre financier des organismes HLM, dont sont solidaires les collectivités, et menacent leurs capacités de construction, de rénovation et d'entretien des immeubles.
 
Depuis 2010, les collectivités locales ont pourtant participé au redressement des comptes publics de notre pays. Elles ont conduit ces efforts tout en continuant d'investir dans des projets structurants. Nous aurions alors pu attendre du Président de la Métropole Jean-Luc Moudenc qu'il fasse entendre la voix de notre Métropole afin que celle-ci ne devienne pas la variable d'ajustement d'une politique qui la met en danger.
 
Or, il semble qu'il soit plus intéressé par la construction d'une relation personnelle avec le Président de la République que par la défense des intérêts de notre collectivité...
Si les élus socialistes ne refusent pas l'idée d'évaluer de façon permanente nos politiques et de trouver les moyens de les rendre plus efficaces, ils s'opposent aux désengagements de l'État qui contribuent à rompre le pacte de confiance avec les collectivités et appellent les responsables politiques de notre territoire à en faire de même...

Partager la page