« Retour

Toulouse labellisée Capitale French Tech

Actualités Toulouse labellisée Capitale French Tech
Le dynamisme de l'écosystème des startups toulousaines vient d'être récompensé du label Capitale French Tech qui permettra au territoire de bénéficier de nouveaux dispositifs à l'attention des entrepreneurs. La nouvelle labellisation s'étendra sur une période de 3 ans.

Les entrepreneurs au cœur de la gouvernance

La candidature toulousaine a été portée par une association de 9 entrepreneurs emblématiques, tous lauréats du Pass French Tech. Elle s'inscrit dans la lignée du précédent label French Tech détenu par Toulouse de 2015 à 2018 et porté par un collectif rassemblant l'ensemble des jeunes pousses, acteurs publics et des structures d'accompagnement toulousains et au sein duquel Toulouse Métropole est particulièrement moteur. À sa tête, Sandrine Jullien-Rouquié, directrice de l'entreprise Ludilabel.

L'ambition est de permettre aux quelque 220 startups locales de trouver le cadre idéal à leur développement. 

Fédérer, accélerer, rayonner

Ce label ouvre la porte à de nouvelles actions qui s'inscrivent dans la continuité de celles déjà portées par Toulouse Métropole au titre du collectif, comme l'accompagnement de 17 jeunes pousses sur des salons internationaux ou le programme innovant d'échange de startups avec la ville jumelle Atlanta, dont ont déjà bénéficié 16 entreprises du territoire. 

Grâce à ce titre de Capitale French Tech, Toulouse bénéficie de différents programmes nationaux à l'attention des entrepreneurs. La nouvelle association a d'ores et déjà bâti une feuille de route ambitieuse avec pour priorité d'attirer les talents et les investisseurs internationaux et de faciliter l'accès aux marchés internationaux des startups de l'aire urbaine.

Le French Tech Community Fund, est mis en place par l'Etat. D'un montant de 2 M€, il cofinancera les initiatives d'envergure (événements, outils, actions de communication, campagnes marketing), dans une logique d'investissement et avec un effet levier sur les financements privés.

Partager la page